Hokusai à Versailles ! Conditionnement spécifique pour un plan d’exécution d’une colonne du château de Versailles

Un plan d’exécution emblématique du corpus Verspera permet de mettre en lumière les travaux de restauration et de conditionnement récemment entrepris par les Ateliers de restauration et de conservation préventive des Archives nationales dans le cadre du Labex.

Le document, coté O/1/1778/5/n° 11, représente la distribution du grand entablement de l’ordre corinthien dans l’Aile neuve et le pavillon de Versailles autour de 1774. Plus précisément, il s’agit du plan, à grandeur d’exécution, du chapiteau de la décoration extérieure.

Ce papier vergé imprégné comporte deux types de tracés : des tracés à l’encre au carbone (dessin du chapiteau et tracés techniques) et des tracés à l’encre métallo-gallique (titres, échelle). Il présentait également de nombreux plis dus à son conditionnement en boîte ainsi que de grosses déchirures et lacunes.

Document avant restauration, plié Photo 1

Document avant restauration, déplié Photo 2

Lacunes en partie dues à la dégradation des encres métallo-galliquesPhoto 3

Le document a donc tout d’abord été dépoussiéré, puis les plis ont été remis à plat progressivement. Les déchirures ont été réparées, les lacunes comblées, dans les deux cas à l’aide de papier japonais et d’hydroxypropylcellulose en milieu alcoolique. Les zones fragilisées ont été elles aussi consolidées de la même façon.

Comblement des lacunes à l’aide de papier japonais Photo 4

Renforcement des zones fragiles avec du papier japonais et de l’hydroxypropylcellulose Photo 5

Une fois le document restauré, la question du conditionnement s’est posée. Tout d’abord à cause de sa taille, il ne pouvait être conservé à plat dans un meuble à plan, puis de sa fragilité.

En effet, bien que consolidées, les zones endommagées par les encres metallo-galliques demeurent fragiles et les conditionnements habituellement envisagés (rouleaux, plis renforcés, pochette en polyester) ne convenaient pas.

L’idée d’un pli soutenu par une structure a alors semblé être la meilleure solution pour conserver au mieux ce document si fragile. Un prototype de petite taille a alors été réalisé afin de vérifier la faisabilité du projet. Les matériaux de conservation ont été choisis en fonction de leur solidité et, compte tenu de la taille du document, de leur disponibilité en grand format auprès de nos fournisseurs.

L’achat, par le département de la Conservation en 2013, d’une table de découpe contrôlée par ordinateur, nous a incité à envisager la fabrication de ce conditionnement en utilisant tout le potentiel de cet outil.

En effet, la structure en forme de vague ainsi que le matériau employé, le carton cannelé, imposaient une régularité dans le façonnage des éléments. L’utilisation de cette machine qui découpe et rainure le carton selon un modèle dessiné sur ordinateur nous a permis cette précision.

Le conditionnement se compose d’un plateau rigide muni de taquets sur deux de ses côtés, permettant à l’élément en forme de vague de s’emboîter sur ce dernier. La structure soutenant le pli formé sur le document est constituée de six éléments rappelant la forme d’une vague, assemblés sur une plaque de carton et rigidifiés par deux jeux de traverses en carton.

Élément en forme de vague, soutenant le pli du document Photo 7

Le document est placé dans une pochette en polyester dont une des extrémités a été rigidifiée par l’adjonction d’une baguette de plexiglas afin de permettre une manipulation plus aisée et moins risquée pour ce dernier. Cette pochette est ouverte sur trois côtés afin de permettre un retrait aisé du document le cas échéant. En effet, l’électricité statique provoquée par le polyester plaque le papier contre sa surface, rendant sa manipulation malaisée voir parfois dangereuse si elle est effectuée sans précaution. Il est cependant important de signaler que compte tenu de la numérisation du document et du fait que le film de polyester permette une lecture aisée de ce dernier, il ne devrait pas être régulièrement sorti de sa pochette de conservation.

Document restauré, lors de sa numérisation Photo 6

Des bandes de polyester sont soudées sur vingt centimètres le long des bords latéraux de la pochette afin de maintenir cette dernière fermée. Un système de pastilles auto-agrippantes permet de replier le document sur lui-même, soutenu par la structure de carton, et ainsi de le maintenir en place.

L’ensemble sera placé dans une boîte de conservation fabriquée sur-mesure en polypropylène cannelé. Elle prendra la forme d’une boîte cloche dont un des montant pourra s’abaisser afin de faciliter l’entrée et la sortie de la structure.

Ce projet, toujours en cours, nous a permis de nous familiariser avec cet outil puissant mais néanmoins compliqué qu’est la table de découpe. Le projet aurait bien entendu pu être réalisé sans son aide, mais elle a permis d’obtenir un résultat régulier et précis, plus difficile à obtenir à la main.

Texte et images : Ludivine Leroy-Banti, Atelier de restauration des Archives nationales