A propos Benjamin Ringot

Adjoint au directeur scientifique, Responsable enseignement et formation Centre de recherche du château de Versailles

Parution : “Étudier un corpus de dessins d’architecture au prisme des humanités numériques” par Delphine Desbourdes (Tierce. Carnets de recherches interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie, n° 2023-7)

Via un retour d’expérience sur le projet de recherche multi-institutionnel VERSPERA, cet article propose de questionner l’intérêt de la numérisation des dessins d’architecture et de leur modélisation pour les chercheurs en histoire et en histoire de l’art. Si le passage au numérique peut rebuter par la distance forcée prise avec l’archive ou l’œuvre, il se révèle aussi avantageux dans l’optique de l’étude d’un corpus vaste et difficilement accessible par sa fragilité. La modélisation 3D est, quant à elle, souvent perçue comme un outil de vulgarisation destiné au grand public. Or, c’est mettre de côté que sa conception constitue un exercice délicat mais souvent fructueux pour les chercheurs qui doivent jongler entre l’analyse des sources et leurs lacunes, les limitations technologiques et le dialogue avec ceux produisant la nouvelle image, les infographistes 3D.

 

Publié en accès libre dans Tierce : Carnets de recherches interdisciplinaires en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie : Étudier un corpus de dessins d’architecture au prisme des humanités numériques (univ-poitiers.fr)

A propos de l’autrice

Delphine Desbourdes est chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles, membre de l’équipe du projet VERSPERA et du programme Réseaux et sociabilité à la cour de France, XVIIe-XVIIIe siècles.

VERSPERA à la journée d’étude : « Supports visuels de restitution historique : apports, limites & méthodes » (Tourcoing, 8 décembre 2023)

Le vendredi 8 décembre 2023, Delphine Desbourdes, chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles, intervient sur « Du dessin d’architecture à la restitution 3D. Numérisation et modélisation des plans du château de Versailles sous l’Ancien Régime dans le cadre du projet VERSPERA » au cours de la journée d’étude « Supports visuels de restitution historique : apports, limites & méthodes » organisée par la fédération de recherche Sciences et Culture du visuel, journée initiée par E. Baillieul et I. Paresys de l’IHRIS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion) de l’université de Lille.

VERSPERA aux 12e Journées professionnelles de la conservation-restauration (Cité de l’architecture & du patrimoine, 30 et 31 mars 2023) – Vidéo en ligne

Le patrimoine est porteur de multiples enjeux – culturels, politiques, économiques ou encore environnementaux. Sa conservation, son usage et sa transmission sont au cœur des problématiques sociétales actuelles.

La conservation-restauration des biens culturels est un facteur de dynamisme territorial : grâce aux réseaux de chercheurs, de professionnels et d’acteurs locaux, les chantiers de restauration, les fouilles archéologiques, les opérations de valorisation contribuent à l’attractivité d’une ville ou d’une région. Au cours de ces deux journées de rencontres, la parole a été donnée à des représentants des nombreux acteurs présents sur le terrain : élus, particuliers, bénévoles, associations et fondations, mais aussi architectes, conservateurs, restaurateurs et scientifiques de la conservation. L’intérêt de prendre en compte les qualifications et de partager des méthodologies a compté parmi les points du débat.

La médiation et la valorisation des travaux de conservation-restauration participent également à la transmission des savoirs et savoir-faire. Plusieurs communications ont témoigné de projets mis en place avec succès dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle. La conservation–restauration est par exemple une manière d’aborder les sciences appliquées auprès du public scolaire. La présentation au grand public des métiers du patrimoine, souvent mal connus, peut susciter de nouvelles vocations.

Organisées par la direction générale des Patrimoines et de l’Architecture du ministère de la Culture, en partenariat avec la Cité de l’architecture & du patrimoine et l’Institut national du patrimoine, ces 12e Journées professionnelles de la conservation-restauration ont rassemblé une quarantaine d’intervenants et ont fait état de leurs projets et réalisations.

Captation de l’intervention de Pierre Jugie, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime à la table ronde : La reconstruction au service de la connaissance et de la diffusion

Url de référence : La conservation-restauration au coeur de la société civile, 2023 (culture.gouv.fr)

 

Parution : « Le cercle vertueux des ressources documentaires du Centre de recherche du château de Versailles : l’exemple du projet VERSPERA » par Mathieu da Vinha et Benjamin Ringot (Culture et recherche, n°144)

Le projet VERSPERA est à l’honneur dans un article du dernier numéro de la revue Culture et Recherche consacré à la science ouverte : « Le cercle vertueux des ressources documentaires du Centre de recherche du château de Versailles : l’exemple du projet VERSPERA » par Mathieu da Vinha et Benjamin Ringot.

Résumé :

Dès sa création en 2006, sous la houlette du Ministère de la Culture, le GIP – Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) a eu la volonté de mettre à libre disposition tout le fruit de ses dépouillements et de ses diverses recherches, se plaçant ainsi dans la le sillage de la science ouverte. D’abord sous format expérimental, le CRCV a été en mesure de mettre en ligne, par différents moyens (site internet, revue en ligne, bases de données, etc.), des résultats de recherches selon les principes qui régissent les données FAIR. Au-delà de la simple volonté de donner à voir ces différents matériaux non seulement à la communauté scientifique, mais également de faire de la médiation culturelle à destination d’un plus large public, la multiplication des outils développés et l’ensemble des données mises à disposition, tel un véritable écosystème, ont créé un cercle vertueux dans lequel outils et données se répondent et alimentent les différentes activités du CRCV. L’exemple du projet VERSPERA (numérisation des plans anciens de Versailles sous l’Ancien Régime), lancé en 2013, est caractéristique de cet écosystème, ses données nourrissent aujourd’hui les cinq pôles du CRCV : les programmes de recherche, les colloques, les éditions, les ressources documentaires évidemment mais aussi et surtout les enseignements et formations dans lesquels le Centre est particulièrement engagé avec ses différents partenaires.

Lien vers la revue : https://www.culture.gouv.fr/fr/Thematiques/Enseignement-superieur-et-Recherche/La-revue-Culture-et-Recherche/La-science-ouverte

 

VERSPERA au colloque “Les dix ans des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine” (19 et 20 avril 2023)

Inauguré, en 2013, par le président de la République, le site des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine a dix ans. Plus grand bâtiment d’archives d’Europe, sa conception et sa construction ont été accompagnées par une véritable refondation de l’institution.


À l’occasion de cet anniversaire, le colloque “Aux Archives, citoyens !” Les Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, dix ans déjà, dont le titre rend hommage au mot d’ordre choisi pour l’ouverture du site, proposera une rétrospective sur la genèse du projet et sa mise en œuvre, avec les acteurs qui l’ont porté, et un bilan de dix ans d’activités scientifiques, culturelles et éducatives, qui donnera la parole à nos partenaires. Il évoquera aussi l’inscription de l’institution dans son territoire et les nouvelles perspectives qui s’offrent au site.

 

Programme concernant le projet

Session : Une politique scientifique construite avec de multiples partenaires

Carte blanche au projet VERSPERA

par Pierre Jugie, conservateur général au département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, Archives nationales,

et Mathieu da Vinha, directeur scientifique du Centre de recherches du château de Versailles

2023041920_Programme_Colloque_10-ans_Pierrefitte_Archives-nationales

 

 

VERSPERA et l’éducation artistique et culturelle (Formation en ligne, 12 avril 2023)

A été proposé le 12 avril 2023 aux professeurs du second degré une formation en ligne s’intitulant « Le projet VERSPERA : La numérisation des plans de Versailles » par Mathieu da Vinha, directeur scientifique du CRCV et Benjamin Ringot adjoint au directeur scientifique du CRCV.

La formation est revenue sur les origines, partenaires et objectifs du projet avant d’en montrer les différents aspects (conservation, numérisation, 3D) exploitables en éducation artistique et culturelle.

Url de référence : https://pedagogie.ac-toulouse.fr/daac/le-projet-verspera-la-numerisation-des-plans-de-versailles

 

VERSPERA au séminaire « Matérialité » de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Guyancourt, 16 mars 2023, 10h-13h).

Les rencontres du séminaire du laboratoire DYPAC en collaboration avec le laboratoire LAPA  et avec le soutien de la FSP reprennent cette année avec comme  thème principal “reconstruire la matérialité”.

 

Notamment au programme :

  • Delphine Desbourdes ( CRCV) : « Du dessin d’architecture à la reconstitution 3D : étudier et modéliser le château de Versailles grâce au projet VERSPERA ».

 

Coordination scientifique :

Delphine Carrangeot, MCF en histoire moderne, directrice adjointe de DYPAC
Davide Gherdevich Ingénieur de recherche, DYPAC
Anne Rochebouet  MCF en langue et littérature médiévales françaises
Florian Tereygeol, directeur de recherche CNRS, IRAMAT-LAPA

VERSPERA aux 12e Journées professionnelles de la conservation-restauration (Cité de l’architecture & du patrimoine, 30 et 31 mars 2023)

Le patrimoine est porteur de multiples enjeux – culturels, politiques, économiques ou encore environnementaux. Sa conservation, son usage et sa transmission sont au cœur des problématiques sociétales actuelles.

La conservation-restauration des biens culturels est un facteur de dynamisme territorial : grâce aux réseaux de chercheurs, de professionnels et d’acteurs locaux, les chantiers de restauration, les fouilles archéologiques, les opérations de valorisation contribuent à l’attractivité d’une ville ou d’une région. Au cours de ces deux journées de rencontres, la parole a été donnée à des représentants des nombreux acteurs présents sur le terrain : élus, particuliers, bénévoles, associations et fondations, mais aussi architectes, conservateurs, restaurateurs et scientifiques de la conservation. L’intérêt de prendre en compte les qualifications et de partager des méthodologies a compté parmi les points du débat.

La médiation et la valorisation des travaux de conservation-restauration participent également à la transmission des savoirs et savoir-faire. Plusieurs communications ont témoigné de projets mis en place avec succès dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle. La conservation–restauration est par exemple une manière d’aborder les sciences appliquées auprès du public scolaire. La présentation au grand public des métiers du patrimoine, souvent mal connus, peut susciter de nouvelles vocations.

Organisées par la direction générale des Patrimoines et de l’Architecture du ministère de la Culture, en partenariat avec la Cité de l’architecture & du patrimoine et l’Institut national du patrimoine, ces 12e Journées professionnelles de la conservation-restauration ont rassemblé une quarantaine d’intervenants et ont fait état de leurs projets et réalisations.

JPCR2023_Programme+Dossierdocumentaire

Programme concernant le projet

Jeudi 30 mars 2023

SESSION 1 – De la recherche à la réception

TABLE RONDE : La reconstruction au service de la connaissance et de la diffusion

De la sauvegarde de précieuses archives à la reconstitution virtuelle d’un patrimoine disparu : le projet VERSPERA (numérisation et modélisation des plans de Versailles sous l’Ancien Régime)

Pierre Jugie, conservateur général du patrimoine, Archives nationales, département du Moyen Âge et de l’Ancien Régime.

 

Url de référence : La conservation-restauration au coeur de la société civile, 2023 (culture.gouv.fr)

 

 

VERSPERA au colloque « Les intérieurs historiques et le numérique – possibilités et limites des reconstructions virtuelles pour la recherche » (Paris, Versailles, 16-18 novembre 2022)

Colloque international organisé conjointement par le Centre allemand d’histoire de l’art Paris, le Mobilier national et le Centre de recherche du château de Versailles.

La reconstruction virtuelle d’intérieurs historiques – de l’architecture en passant par la décoration murale et le mobilier jusqu’aux textiles – est un instrument de médiation culturelle qui a fait ses preuves ces dernières années, en particulier dans le monde des musées et des expositions, mais aussi dans les monuments historiques et en archéologie. Depuis une période récente, cet outil est en outre utilisé spécifiquement par la recherche en histoire et en histoire de l’art pour l’étude des intérieurs historiques. Les questions de proportions spatiales ou encore les unités architectoniques fondamentales sont ici au premier plan, l’accent étant souvent mis sur la possibilité de visiter virtuellement ces espaces, soit sur un écran 2D, soit avec un casque immersif.

Concernant en revanche la restitution des caractéristiques esthétiques des intérieurs, lesquelles dépendent étroitement des matériaux qui les constituent, les diverses solutions existantes sont à l’heure actuelle insuffisantes, tant sur le plan esthétique que scientifique. La reconstruction virtuelle d’intérieurs dans leur état d’époque à partir de sources historiques permet certes le choix de matériaux dont l’utilisation réelle ne serait plus défendable aujourd’hui, que ce soit pour des raisons de conservation préventive, d’éthique ou encore de financement. Néanmoins, la multiplicité des matériaux tels que les différents bois, les métaux et les textiles, mais aussi les structures de leurs surfaces respectives, les nuances de couleurs ou encore les traces de la fabrication artisanale ne sont restituées que de façon rudimentaire dans les modèles élaborés jusqu’à présent. Comment inclure de manière contrôlée les caractéristiques inhérentes aux matériaux, les marques laissées par l’usage et les irrégularités que révèlent les observations effectives dans les modélisations, afin que celles-ci offrent une perception plus adéquate ? Il semble que l’espoir exprimé dès 2013 de dépasser rapidement les surfaces excessivement aseptisées des modèles numériques n’ait pas encore abouti (Kohle 2013, p. 166).

En mettant l’accent sur les intérieurs historiques, ce colloque met en lumière des problèmes fondamentaux de la recherche actuelle. Il s’agit d’abord de la question non encore totalement résolue de l’utilité des modèles virtuels tridimensionnels – souvent issus du secteur des jeux vidéo – en tant qu’instruments voire auxiliaires de la recherche en histoire de l’art. On ne peut y répondre de façon satisfaisante sans interroger également la genèse et la transformation de l’objet étudié et la représentation d’un ou plusieurs états (plan initial, possibilité de masquer des travaux et modifications documentés). Bien que la recherche et en particulier l’archéologie aient déjà établi une tradition au moyen de modélisations haptiques comme numériques de l’espace, l’histoire de l’art semble encore très en retrait sur ce terrain (Messemer 2020). Une telle attitude circonspecte est sans commune mesure avec la croissance continue des modèles tridimensionnels et des applications de réalité augmentée utilisés pour la transmission de connaissances dans les musées, ou encore en lien avec les monuments et les lieux de mémoire (Jeffrey 2021). De surcroît, cette réserve apparaît en contradiction avec le postulat maintes fois réaffirmé de la capacité des modèles numériques de densifier la réflexion scientifique au-delà des possibilités du langage (Pfarr-Harst 2020). L’analyse des intérieurs historiques implique de confronter les structures architecturales aux objets mobiles. Pourtant, ceux-ci ont jusqu’à présent été majoritairement considérés séparément dans l’utilisation scientifique des modèles tridimensionnels. C’est pourquoi la plupart des discours s’intéressent soit à la dimension architecturale des espaces, soit aux objets eux-mêmes, pris isolément. Dans ce contexte, il nous semble important de relever que les modélisations 3D d’objets (ex : éléments de mobilier) suscitent bien plutôt des discussions sur les aspects ayant trait à la reproduction et à l’authenticité, ou encore depuis peu sur les questions d’appropriations culturelles (Jeffrey et al. 2020 ; Jeffs 2020). Quant à la mise en scène des représentations sociales et du pouvoir (Hoppe/De Jonge/Breitling 2018), qui s’incarne dans la perception visuelle et corporelle des espaces (dans leur utilisation, notamment cérémonielle), elle reste insuffisamment véhiculée par les reconstructions virtuelles, de même que la dimension de l’usage des objets – sièges ou secrétaires par exemple – comme constitutive de l’expérience de la pièce. Outre l’exploration de scenarii d’utilisations historiques comparées aux exigences modernes, la modélisation des propriétés acoustiques et thermiques d’espaces qui étaient abondamment garnis de textiles (tapis, rideaux, tentures murales, baldaquins et Gobelins) ouvre de nouvelles perspectives de recherche du plus haut intérêt. De façon générale, l’absence de ces éléments sensoriels qui font partie intégrante de l’art de la décoration intérieure constitue une limitation considérable des avantages potentiels de la représentation virtuelle.

Le colloque international vise à permettre un échange d’informations entre spécialistes du monde des musées, historiens et historiennes de l’art et expert(e)s en reconstruction numérique et modélisation 3D. Il est l’occasion de s’interroger sur les étapes préalables à la modélisation et à la restitution virtuelle, sur la phase de création de l’outil et d’échanges entre les historiens de l’art et les techniciens et, enfin, sur la réception par le public et le devenir de tels outils une fois ceux-ci aboutis. Ce colloque est aussi le lieu pour de jeunes chercheurs et chercheuses de présenter leurs propres projets de recherche et de les soumettre à la discussion dans un cercle de spécialistes du domaine.

 

Programme concernant le projet

Vendredi 18 novembre

Session : Autres approches et apports de la 3D

10h00 Au-delà de l’illustration. Quand des étudiants de licence apportent une contribution à la recherche
Nicolas Priniotakis, CY Cergy Paris Université

 

Url de référence : https://chateauversailles-recherche.fr/IMG/pdf/programme-interieurshistoriques_16-18.11.22.pdf

 

VERSPERA à la journée d’études « Du musée au terrain : l’application des humanités numériques entre histoire de l’art, étude de l’architecture et archéogéographie » (Université de Poitiers, laboratoire Criham, 17 mars 2022)

La fragilité de certaines œuvres empêche qu’elles puissent être exposées et montrées au public. Pourtant, loin d’être cantonnées dans les réserves, elles peuvent être mises en valeur par le truchement de l’informatique. La numérisation des images, si elle inscrit une limite aux conditions de contemplation de l’œuvre d’art et ne la remplace en aucune manière, permet cependant d’étendre les champs de la recherche ainsi que les possibilités de diffusion à une plus large échelle.
Le recours aux humanités numériques peut donc constituer un outil complémentaire original pour le chercheur comme pour le public, et un moyen de donner accès à des œuvres et à des analyses que n’autorisent pas les procédés classiques, tout en préservant l’état de conservation des originaux. L’ouverture apportée par les nouvelles technologies appliquées au domaine culturel et patrimonial permet ainsi d’ouvrir un champ d’investigation beaucoup plus vaste, particulièrement adapté au cadre de l’étude de l’évolution de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage.
L’objet de cette journée d’études est d’aborder et d’évoquer quelques exemples de possibilités concrètes offertes par les humanités numériques dans le domaine culturel et patrimonial appliqués à l’étude de l’évolution de l’architecture, de l’urbanisme et à la discipline spécifique de l’archéogéographie, entre recherche, transmission et appropriation.

En cette occasion Delphine Desbourdes, chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles, abordera le projet VERSPERA dans une intervention intitulée : « Conserver, étudier et valoriser un corpus de dessins d’architecture : le château de Versailles sous l’Ancien Régime numérisé dans le cadre du projet VERSPERA ».

Cette journée d’études fera l’objet d’une publication ultérieure.

Source : organisateur de l’évènement

Publication : M. Jordan & B. Ringot « Le projet VERSPERA. Numérisation, recherche et modélisation 3D des plans d’Ancien Régime de Versailles » (Éditions des archives contemporaines, février 2021)

Viennent de paraître les actes de la journée d’étude « Culture, Langues & numérique. Création | Diffusion | Promotion » (université de Paris, 7 février 2019) au sein desquels est publié le texte de la présentation du projet VERSPERA que Michel Jordan et Benjamin Ringot y ont donné : « Le projet VERSPERA. Numérisation, recherche et modélisation 3D des plans d’Ancien Régime de Versailles ».

Référence bibliographique complète : Jordan, Michel & Ringot, Benjamin, « Le projet VERSPERA. Numérisation, recherche et modélisation 3D des plans d’Ancien Régime de Versailles », in Patin, Stéphane (dir.), Les enjeux du numérique en sciences sociales et humaines. Vers un homo numericus ?, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2021, p. 145-157.

Accès : https://eac.ac/articles/3432

VERSPERA dans l’émission « La France bouge » (Europe 1, 8 janvier 2021)

VERSPERA a été mis à l’honneur de l’émission radiophonique « La France bouge » sur Europe 1 le 8 janvier 2021 au cours d’une spéciale en direct du château de Versailles lors de laquelle Mathieu da Vinha, directeur du CRCV, est revenu sur le projet.

Comment Versailles l’un des sites historiques les plus fréquentés au monde (plus de sept millions de visiteurs par an) se prépare à la réouverture au public ?

Invités

– Catherine Pégard, Présidente de l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

– Mathieu Da Vinha, historien, Ingénieur de recherche, il pilote le projet universitaire Verspera – Il est aussi conseiller scientifique sur des films historiques et auteurs de nombreux ouvrages. VERSPERA, est un projet de numérisation et modélisation des plans de Versailles, qui vise à rendre accessibles à tous les plans du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime et à en restituer certains espaces grâce à la numérisation et à la modélisation 3D.

– Baptiste Gohard, président des ateliers Gohard, petit-fils du créateur des ateliers. Ils viennent d’achever la restauration des sculptures en plomb de la Chapelle royale. Un art tout en nuances qu’ils sont parmi les derniers à pratiquer.

– Laurent Dumas, président du Groupe Emerige – Entreprise mécène de l’Établissement public du château de Versailles – qui accompagne l’opération « Une journée de vacances à Versailles », qui a permis depuis 2016 à plus de 20.000 enfants qui ne partent pas en vacances de découvrir le château de Versailles et ses jardins.

Lien vers le podcast : https://www.europe1.fr/emissions/la-france-bouge-avec-raphaelle-duchemin/emission-speciale-en-direct-du-chateau-de-versailles-4017161

Citation : VERSPERA dans Gérard Sabatier, « La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations » (Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, octobre 2020)

Le projet VERSPERA est cité dans un article rédigé par Gérard Sabatier, historien moderniste, professeur émérite de l’université Pierre-Mendès-France – Grenoble II, article intitulé « La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations » et publié dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

L’auteur y revient sur l’historiographie de Versailles et cite le projet en note 23.

Accès libre : https://journals.openedition.org/crcv/18287

Modélisation 3D : Le Salon des Nobles de l’appartement de la Reine du château de Versailles (Licence professionnelle « Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de Cergy Paris Université, septembre 2020)

Découvrez la modélisation ultra-réaliste du Salon des Nobles de la Reine.

La musique a toujours occupé une place importante dans la vie à Versailles. Elle accompagnait les festivités lors d’événements particuliers comme les fêtes religieuses, mais elle était également omniprésente au quotidien, rythmant les temps forts de la vie de cour, notamment la messe, les parties de chasse ou encore les activités vespérales.

Sous le règne de Louis XV apparaît au cours de la journée un nouveau moment dédié à la musique. Deux à trois fois par semaine, la reine Marie Leszczynska organise des concerts, notamment, dans le salon des Nobles. Ce salon fait partie des grands appartements de la Reine, situés au premier étage du corps central, donnant sur le parterre du Midi. Il se trouve entre l’antichambre du Grand Couvert et la chambre de la Reine et faisait office de seconde antichambre de l’appartement.

En collaboration avec le laboratoire ETIS (Equipes Traitement de l’Information et Systèmes) et le groupe Lutheries – Acoustique – Musique (LAM), les étudiants, sous la direction de Nicolas Priniotakis, de la licence professionnelle « Patrimoine, visualisation et modélisation 3D » de Cergy Paris Université – Alban Absous, Élise Nermot, Suzy Piat et Yoann Siohan – ont travaillé sur une reconstitution numérique de ce salon la plus fidèle possible afin de pouvoir calibrer un simulateur virtuel acoustique.

En effet, l’objectif de ce projet est de réaliser une simulation visuelle et auditive permettant à des musiciens baroques de vivre une expérience de jeu immersive dans un environnement réaliste, actuel ou historique. Et de se permettre quelques libertés par rapport à l’histoire, en faisant résonner la musique du compositeur baroque Jean-Sébastien Bach dans ce salon, dans lequel il n’a pourtant jamais eu l’occasion de jouer …

Cette vidéo, à partir notamment des plans issus du programme VERSPERA, a été réalisée dans le cadre du projet de recherche « Experimental Virtual Archaeological-Acoustics – Versailles », réunissant Cergy Paris Université, le Centre de recherche du château de Versailles et l’Institut Jean Le Rond ∂’Alembert. Le projet dit « EVAA_Ver » vise à réaliser une étude multimodale de l’influence des salles sur les techniques de jeu des musiciens jouant des instruments des XVIIe et XVIIIe siècles et dont le cadre d’exécution se situe au château de Versailles.

Pour ce faire, une bourse de thèse de doctorat labélisée par la Fondation des Sciences du Patrimoine (FSP) réunit des chercheurs de plusieurs institutions : Cergy Paris Université, Centre de recherche du château de Versailles et Institut Jean Le Rond ∂’Alembert et consiste à aider à la création d’un simulateur virtuel acoustique en temps réel destiné aux musiciens, prenant en compte leurs mouvements et l’impact de la directivité dynamique des sources.

Récompenses : 3 prix pour « Versailles, le palais retrouvé du roi soleil » (TAC Film Festival 2020)

Le documentaire « Versailles, le palais retrouvé du roi soleil » réalisé par Marc Jampolsky, produit par Gédéon Programmes en coproduction avec ARTE France et le CNRS Images, avec la participation du Château de Versailles et du Centre de recherche du château de Versailles autour du projet de recherche VERSPERA en partenariat avec les Archives nationales, la Bibliothèque nationale de France, le laboratoire Étis et la fondation des sciences du patrimoine a été récompensé au TAC Film Festival 2020 par 3 prix :

· PRIX DU MEILLEUR SCENARIO

· PRIX DE LA MEILLEURE IMAGE

· PRIX DES MEILLEURS EFFETS SPÉCIAUX ET ANIMATIONS

Ainsi que 3 mentions : meilleur film, narration, musique.

Ce film avait déjà été récompensé par 3 prix internationaux en 2019.

Source : communiqué de presse