Modélisation 3D

Un logiciel de modélisation

À partir de ces plans numérisés, le laboratoire ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D. L’exhaustivité du corpus ainsi accessible permettra des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement.
Chacun pourra alors mieux appréhender la distribution des espaces, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie de la résidence royale. En effet, depuis le XVIIe siècle, le château de Versailles a connu de nombreuses évolutions architecturales qui se sont succédées ou enchevêtrées dans les bâtiments (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle de la cour et du pouvoir royal, galeries historiques, palais national). Ces différentes identités empêchent aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements de Versailles.
Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un défi pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (absence de normalisation des symboles, imprécision des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes). Les modèles 3D ainsi créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, générant une vidéo « subjective » dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan par celui qui l’utilise. La diffusion de ce programme sera libre de droits.

Des reconstitutions virtuelles

Pour certains espaces du château présentant un grand intérêt historique, des étudiants de l’université de Cergy-Pontoise (licence professionnelle « Métiers du numérique : patrimoine, visualisation et modélisation 3D » (LPMN) produisent des visites virtuelles réalistes et de grande qualité technique et esthétique.

La première reconstitution virtuelle des étudiants de la LPMN a concerné la Petite Galerie dite de Mignard.