Projet VERSPERA

Le corpus envisagé est exceptionnel à la fois par son histoire, son homogénéité et son volume. Ce fonds prestigieux est essentiellement conservé dans la sous-série O1 (département du secrétaire d’état de la Maison du roi sous l’Ancien Régime) des Archives nationales. Sa composition, principalement issue du travail des agences des premiers architectes du roi, s’étend depuis Louis Le Vau jusqu’à Richard Mique, en passant par Jules Hardouin-Mansart, Robert de Cotte ou Ange-Jacques Gabriel, noms évoquant tous l’excellence de l’architecture française aux XVIIe et XVIIIe siècles. Provenant de l’administration royale des Bâtiments du roi, ce vaste corpus est un ensemble homogène qui traite de la ville, du château et de ses dépendances représentant 6 812 notices (soit environ 16 000 images numérisées) du catalogue établi par Danièle Gallet-Guerne avec la collaboration de Christian Baulez, Versailles. Dessins d’architecture de la direction générale des Bâtiments du roi, Paris, Archives nationales, 1983 et 1989, 2 vol. Son ampleur fait de lui le plus grand fonds d’architecture public lorsqu’on le compare aux collections Tessin-Cronsdedt-Härleman (Musée national de Stockholm) ou Robert de Cotte de la Bibliothèque nationale de France. Cette dernière et l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles participent également au projet en mettant à disposition leurs fonds représentant respectivement 1 000 documents (environ 1 500 images numérisées) et 200 documents (environ 500 images numérisées).

La nature de ces documents est très variée : des plans généraux, des coupes, des élévations, des détails d’architecture ou de décoration, l’ensemble desquels peuvent comporter une ou plusieurs retombes. Grande variété également dans la taille des documents (dont les dimensions vont de quelques centimètres à plus de trois mètres) mais aussi dans leurs techniques (pierre noire, fusain, trait d’encre, lavis, aquarelle, etc., sur papier).

L’opération de numérisation réalisée, l’ensemble du corpus sera progressivement mis en ligne de 2017 à 2019 via la banque d’images du Centre de recherche du château de Versailles, porteur du projet, et sur les sites des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France pour leurs fonds respectifs et permettra un accès facilité à cette source patrimoniale pour la communauté internationale des chercheurs et du grand public.

Par ailleurs, l’homogénéité et l’exhaustivité du corpus numérisé et mis en ligne permettront également des croisements jusqu’alors difficiles, voire impossibles matériellement, sans le recours aux nouvelles technologies. Cela permettra ainsi de comprendre la distribution, le fonctionnement et les usages, en fonction de la topographie, de cette résidence royale emblématique qu’est le château de Versailles. Depuis le XVIIe siècle, ce dernier a connu de nombreuses évolutions architecturales relatives à ses multiples vocations qui se succèdent ou s’enchevêtrent (relais de chasse, résidence de plaisance, résidence officielle du pouvoir royal, galeries historiques, palais national) empêchant aujourd’hui une lecture suivie des différentes étapes de construction et d’aménagements. Les plans, en deux dimensions, ne permettent pas non plus d’appréhender la totalité de l’espace. En effet, le bâti actuel correspond à un état maintes fois remanié.

Afin de permettre une modélisation en 3D, une base de données interopérable – où sont mis en relation les plans au sol, les coupes et les élévations dont les richesses restent encore inexploitées – a été élaborée par le laboratoire Équipes Traitement de l’Information et Systèmes (ETIS) de l’université de Cergy-Pontoise en collaboration avec le Centre de recherche du château de Versailles, les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France. En particulier, les étapes techniques suivantes ont été réalisées :

  • extraction d’informations 2D pertinentes des plans, coupes et élévations (formes géométriques, cotes, échelles), à l’aide d’outils de traitement d’images numériques, dans un premier temps en mode supervisé (l’automatisation de ces outils sera envisagée par la suite, selon la « lisibilité » des plans numérisés) ;
  • mise en relation des informations 2D extraites de différentes feuilles : pour cela, une base de concordance sera mise au point, à l’aide de l’inventaire de D. Gallet-Guerne ;
  • construction des modèles 3D : ce processus sera largement automatisé à partir des données de la base de concordance.

ETIS a développé un logiciel original de modélisation 3D à partir des plans anciens du château de Versailles. Si la modélisation 3D à partir de plans d’architectes est commune aujourd’hui, un travail semblable à partir de plans anciens est un « challenge » pour le traitement numérique des images, du fait des particularités des documents (pas de normalisation des symboles, imprécision des traits rectilignes, etc.) et de leur numérisation (marques de pliage, parfois filigranes).

Le logiciel VERSPERA traite de manière quasi automatique les plans, de manière à en extraire les empreintes au sol du bâtiment (murs principaux, cloisons ou murs secondaires), et à y localiser les escaliers. Nos algorithmes font appel aux principes de la morphologie mathématique.

L’utilisation des vues verticales (élévations et coupes) fait plus appel à l’intervention de l’opérateur, de manière à donner un minimum de « réalisme » au modèle 3D. L’opérateur doit en effet sélectionner une face verticale (un mur) pour lui affecter une image d’élévation ; ensuite, le logiciel effectue la sélection dans cette image de la zone d’intérêt correspondant réellement au mur.

Les modèles 3D créés sont édités dans un format standard et peuvent être lus sur n’importe quelle application de visualisation 3D, permettant de les manipuler, de « tourner autour » ou « d’entrer » à l’intérieur du modèle. Le logiciel VERSPERA dispose également d’une fonction de parcours 3D, qui permet de créer une vidéo « subjective » de parcours dans le modèle à partir d’un trajet dessiné sur le plan au sol par l’opérateur.

Il existe une possibilité de valorisation pour ce logiciel, qui peut être appliqué à tout bâtiment du patrimoine pour lequel nous disposons de plans d’archives suffisamment précis et nombreux pour bien décrire le bâtiment.

La modélisation en trois dimensions, réalisée à partir de la base de données, ouvre de grandes perspectives quant à la compréhension des états anciens du château, souvent totalement disparus. Ce procédé, que seul permet une visite in situ aujourd’hui, rendra sensible non seulement le volume des lieux de façon diachronique mais aussi les principes de circulation à l’intérieur du palais.